Monusco, FARDC, gouvernement : tous sont à blâmer

Mardi 20 novembre, Goma est tombé entre les mains du M23. Mercredi 21 novembre, c’est autour de Saké d’être pris par les mêmes rebelles selon le même mode opératoire : sans véritable combat. A Saké, la Monusco n’y était pas, du moins personne ne l’a dit. A Goma par contre, la Monusco était bien là pour assister, c’est le mot, à la débâcle des FARDC, et à la chute de la capitale du Nord-Kivu comme « un fruit mûr ». La Monusco, a dit son porte-parole, ne pouvait combattre alors que les FARDC avaient déserté leurs positions. C’est noté. Les éléments de la Monusco ne sont pas là pour faire le travail des FARDC. Si ces derniers sont incapables de protéger le pays et d’assurer son intégrité territoriale, les rebelles peuvent prendre tout le pays sans que la Monusco ne s’y oppose. Lire la suite

Publicités

Goma est pris. Et après ?

La ville de Goma est tombée entre les mains du M23. C’est la nouvelle la plus exécrable que les Congolais ont ingurgitée en début de matinée d’hier. La nouvelle n’est pas en soit surprenante au vu de l’état d’équipement de l’armée nationale, de la faiblesse de sa logistique qui la contraint à faire des replis successifs sur le théâtre des opérations. Malgré ces faiblesses, on avait espoir que la ville de Goma ne tomberait pas entre les mains du M23, en tout ca pas de sitôt. L’orgueil des Congolais reposait sur ce petit espoir. Espoir également que les casques bleus de la Monusco allaient utiliser leur artillerie et leurs hélicoptères pour protéger la ville. Ils l’avaient fait quelques jours auparavant. Mais on s’est rendu compte hier que l’on ne pouvait pas compter sur cette seule Monusco. Même l’aéroport que la force onusienne contrôlait avec les éléments de la Garde républicaine est tombé bien avant la chute d’autres sites de la capitale du Nord-Kivu. Lire la suite

Goma : une fixation pour le M23

La MONUSCO a bien renforcé son dispositif dans et autour de la ville de Goma. Les éléments de la police nationale ainsi que ceux des forces combattantes nationales sont également déployés en masse dans la capitale du Nord-Kivu. Malgré ce dispositif impressionnant pour empêcher toute mauvaise surprise, des meurtres par dizaines ont été commis dans la ville de Goma depuis près de deux semaines, au point que le ministre de l’Intérieur s’y est rendu personnellement le week-end dernier. Son constat est que les meurtres commis ces derniers sont favorisés par la situation de guerre qui prévaut dans la Province du Nord-Kivu depuis près de six mois. Lire la suite

Le M23 lance sa guerre psychologique

Alors que le déploiement de la force dite internationale neutre n’est prévu, si tout va bien, qu’en décembre prochain, la guerre du Kivu est entrain d’être relancée. L’accalmie observée sur le front depuis près de deux mois ne saura tenir plus longtemps. Les rebelles du M23 ont même eu le temps de progresser. Plusieurs villages occupés jusque là par des Mai-Maî ou contrôlés par les FDLR sont passés sous leur contrôle. Lire la suite

Kabila poussé à négocier avec les criminels du M23

Cela ne fait plus un doute. La RDCongo est poussée à négocier avec le M23. Malicieusement, on tente de convaincre le pouvoir en place à faire la paix avec le mouvement rebelle qui sévit à l’Est du pays. Les échecs à répétition des sommets de la CIRGL sont là une preuve éloquente que l’on tente de gagner du temps, d’avoir le gouvernement congolais à l’usure. A Kampala, on s’est donné trois mois pour la mise en place de cette force dite neutre sans que les contours en soient précisés. Les ministres de la défense vont s’en charger alors que les chefs d’Etat se retrouveront une fois de plus pour décider. Lire la suite

Londres déçoit les Congolais !

La Grande-Bretagne a décidé de reconsidérer, en partie, la suspension de son aide budgétaire au Rwanda. Sur les 24 millions prévus et gelés à cause du soutien du Rwanda au M23, Londres va libérer une douzaine de millions de dollars. Il semble que le partenaire sans doute le plus important du pays des mille collines ne voudrait pas voir ce dernier souffrir davantage. Il semble également que Londres a cru percevoir une évolution de l’attitude du Rwanda dans le conflit qui déchire la partie Est du pays depuis quatre mois. Lire la suite

RDC : colosse aux pieds d’argile?

Toute l’Afrique ou presque est aujourd’hui aux chevets de la RDC. Notre pays focalise en effet une fois de plus et une fois de trop et de façon négative l’attention du continent noir. Des Africains se mobilisent pour trouver une solution à la nouvelle guerre qui déchire le grand Congo dit démocratique depuis plus de quatre mois. C’est, hélas, la triste réalité d’un colosse aux pieds d’argile, obligé de s’en remettre à la solidarité des autres pour résoudre ses problèmes, provoqués, il faut le reconnaître, par ses envieux voisins. Lire la suite