L’Est livré aux seigneurs de guerre

Lors du sommet de l’Union africaine le week-end dernier à Addis-Abeba, les chefs d’Etat ont décidé de la mise en place d’une force internationale pour traquer et éradiquer les forces négatives qui écument l’Est de la RDC depuis près de deux décennies. Avant que l’on ne sache qui fera quoi dans cette force, qui y mettra des troupes, qui l’équipera et assurera son financement, des questions ne manquent pas d’être posées. Pourra-t-on, cette fois-ci, mettre fin à l’insécurité dans l’Est du pays ? La question vaut son pesant d’or dans la mesure où la Monuc puis la Monusco avec ses 18.000 membres n’a pu éradiquer le phénomène. Des opérations conjointes ont été tentées par l’Ouganda, la RDC et le Rwanda afin de venir à bout de tous ces groupes armés qui pullulent dans l’Est, particulièrement au Nord-Kivu, au Sud-Kivu, dans la Province Orientale et même au Katanga, sans y parvenir totalement. Lire la suite

Publicités

Les FDLR : une épine pour la sécurité à l’Est de la RDC

Des civils tués. Des centaines de maisons des paysans incendiées. Des villageois qui se réfugient dans la forêt pour échapper aux exactions multiples et multiformes. Le Sud-Kivu et le Nord-Kivu sont loin de connaître la paix. Les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) n’ont jamais été aussi mobiles, omniprésents et cruels que par la passé et ce, malgré les cuisantes défaites leur infligées par la coalition FARDC-Monuc dans le cadre de l’opération Kimia 2. La tactique de la guérilla pratiquée par les FDLR, qui jouissent curieusement de l’appui de quelques groupes armés congolais dont les Patriotes Résistants Congolais (PARECO) et l’Alliance des Patriotes pour un Congo Libre et Souverain (APCLS), complique l’équation. Lire la suite