Le pont maréchal : une attraction touristique à Matadi

722 mètres de long. 750 mètres, selon d’autres personnes. Le pont mixte route-rail de Matadi au Bas-Congo dénommé « pont maréchal Mobutu » est une véritable attraction pour la ville portuaire congolaise. Achevé en 1983 du moins pour sa partie route, ce pont est une véritable attraction touristique. Il attire chaque jour de curieux. Il est ouvert aux visites du public pour une somme modique : 200 francs congolais pour les adultes et 100 francs pour les petits enfants en âge de scolarité. Les enfants de moins de six ans sont exemptés. Le « touriste » muni d’un appareil photo paient en plus 1000 francs congolais pour prendre des photos. (1$US vaut 930 FC).
Les véhicules qui le franchissent paient un péage fixé entre l’équivalent de 20 à 80 dollars américains, selon le texte de véhicule.
Chaque dimanche, ils sont nombreux les Matadiens et des personnes de passage dans la ville, qui s’y rendent, certains en famille. Tous tiennent à immortaliser les moments passés sur cet ouvrage fruit de la coopération nippon-zaïroise à l’époque du maréchal Mobutu. Le projet, toujours pas fini, prévoyait la construction d’un chemin de fer qui devrait relier le pont au port en eaux profondes de Banana, 200 km plus loin à l’ouest de la ville de Matadi
Depuis la chute du régime Mobutu en 1997, le pont a tendance à changer de nom. Parfois, on le nomme « pont OEBK » (Organisation pour l’équipement Banana-Kinshasa), structure chargée de sa gestion, une dénomination quais-officielle qui ne passe pas aux yeux de certains qui préfèrent encore sa dénomination de « pont maréchal » qui renvoie au maréchal Mobutu sans le nommer. D’autres, estiment qu’il faut rendre à l’ancien président cet honneur et continuer à dénommer ledit ouvrage « pont maréchal Mobutu ». Il y a deux ans, il se classait au 69ème rang des plus longs ponts suspendus au monde.
Franck Baku

Publicités

Vivement de nouveaux gouverneurs !

Toujours à l’ordre du jour, mais jamais fixée par la CENI, l’élection du gouverneur de la province du Bas-Congo commence à devenir un véritable secret d’Etat. Trois mois déjà que cela dure. Un suspens entretenu par les autorités du pays au point qu’à Matadi les esprits commencent à s’échauffer. Déo Nkusu, le gouverneur intérimaire, qui a pris les rênes du pouvoir à la suite de la démission « clandestine» de Simon Mbatshi n’a plus la côte. C’est du moins ce qui transparaît à travers les déclarations de la classe politique, qui ne le trouve pas à sa place alors que l’homme aligne tout de même huit bonnes années comme vice-gouverneur du Bas-Congo. Lire la suite

Polémique autour du pont route-rail Kinshasa-Brazzaville

La RDC et le Congo-Brazza ont signé le 24 juin dernier à Kinshasa, un protocole d’entente pour la réalisation du pont route-rail entre les deux capitales les plus rapprochées du monde, Kinshasa et Brazzaville. La signature de ce protocole en marge de la réunion du conseil des ministres de la CEEAC par Olivier Kamitatu, ministre RDCongolais du Plan et Justin Baly Megot, ministre Congo-Brazzavillois chargé de l’intégration régionale et NEPAD concrétise un vieux projet pourtant combattu avec acharnement par les ressortissants du Bas-Congo. Lire la suite