La MP et Déo NKusu échouent à la Cour d’appel de Matadi

La Cour d’appel de Matadi a déclaré ce jeudi 15 novembre 2012, irrecevable la requête en annulation de l’élection du gouverneur et du vice-gouverneur du Bas-Congo introduite par la Majorité présidentielle. La Cour s’est en plus déclarée incompétente de juger de la légalité du scrutin et de la qualité des députés provinciaux contestée par Déo Nkusu et la MP. Aujourd’hui vendredi 16 novembre, la Cour devrait proclamer les résultats définitifs de cette élection dont le second tour organisé le 31 octobre avait été remporté, haut la main, par le tandem Jacques Mbadu – Atou Matubuana par 17 voix contre 11 pour le duo Déo Nkusu – Jean Marie Mulatu. Lire la suite

Publicités

Goma : une fixation pour le M23

La MONUSCO a bien renforcé son dispositif dans et autour de la ville de Goma. Les éléments de la police nationale ainsi que ceux des forces combattantes nationales sont également déployés en masse dans la capitale du Nord-Kivu. Malgré ce dispositif impressionnant pour empêcher toute mauvaise surprise, des meurtres par dizaines ont été commis dans la ville de Goma depuis près de deux semaines, au point que le ministre de l’Intérieur s’y est rendu personnellement le week-end dernier. Son constat est que les meurtres commis ces derniers sont favorisés par la situation de guerre qui prévaut dans la Province du Nord-Kivu depuis près de six mois. Lire la suite

Le M23 lance sa guerre psychologique

Alors que le déploiement de la force dite internationale neutre n’est prévu, si tout va bien, qu’en décembre prochain, la guerre du Kivu est entrain d’être relancée. L’accalmie observée sur le front depuis près de deux mois ne saura tenir plus longtemps. Les rebelles du M23 ont même eu le temps de progresser. Plusieurs villages occupés jusque là par des Mai-Maî ou contrôlés par les FDLR sont passés sous leur contrôle. Lire la suite

Si le ridicule tuait…

« Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a également sa part de responsabilité dans la crise qui secoue l’est de son pays et doit démanteler les groupes armés qui y opèrent contre le Rwanda », a déclaré lundi le sous-secrétaire d’Etat américain pour l’Afrique, M. Johnnie Carson au cours d’une conférence de presse téléphonique. La nouvelle publiée sur le site 7sur7.be et relayée par radiookapi.net a fait bondir plus d’un. Lire la suite

L’Union africaine se fourvoie avec l’accord du 23 mars 2009

On s’achemine inexorablement vers la recherche d’une solution « politique » à la rébellion qui endeuille la partie Est de la RDC depuis près de cinq mois. Après le conseil de sécurité de l’Onu la semaine dernière, c’est au tour du conseil de sécurité et de paix de l’Union africaine de s’y résoudre. Dans un communiqué rendu public le 19 septembre dernier, cet organe de l’UA manie le bâton et la carotte, tente insidieusement de ne pas trop charger le Rwanda et proclame sa foi en la nécessité de l’application de l’accord de paix conclu le 23 mars 2009 entre le gouvernement congolais et l’ex-CNDP, mué depuis en parti politique. Lire la suite

Le M23 se forge malicieusement une « républiquette » à Rutshuru

On le savait depuis fort longtemps, mais personne n’y avait vraiment prêté attention, estimant que les rebelles du M23 n’étaient que des aventuriers. Aujourd’hui que le secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix le dit, cela prend une nouvelle dimension. La rébellion du M23 s’installe dans une dangereuse posture dans le territoire de Rutshuru qu’elle contrôle avec le soutien du Rwanda. Pire, elle a installé une administration parallèle. Des autorités territoriales civiles et militaires ont également été nommées et installées. C’est une petite République en gestation avec collecte des taxes. Lire la suite

Pas toujours propres, ces opposants congolais!

Accusé de viol sur deux mineures, Eugène Diomi Ndongala est porté disparu depuis près de deux mois. Député national élu de Kinshasa, président de la Démocratie chrétienne, soutien appuyé d’Etienne Tshisekedi dont il n’a cessé de revendiquer la victoire à la présidentielle de novembre 2011, leader de la « majorité présidentielle populaire », une plateforme destinée à asseoir les actions devant aboutir à la « vérité des urnes », Diomi Ndongala pourrait voir son immunité parlementaire levée au cours de cette session parlementaire. Lire la suite