66è anniversaire de la DUDH : l’Aproja à l’écoute des femmes maraîchères et rizicoles de Ngwele

Par Génie Mulobo

En collaboration avec le bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme et Filles et femmes en action pour la promotion et la protection des droits de l’homme, l’Action pour la protection des journalistes en Afrique (APROJA) a commémoré le 66ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme avec les femmes maraîchères et rizicoles du site Ngwele, au quartier Kingabwa dans la commune de Limete. C’était le 11 décembre 2014, à la paroisse Saint Kizito dans ladite commune.
La plupart de congolais ignorent l’existence des droits de l’homme. Ce n’est pas le cas des femmes maraîchères et rizicoles de Ngwele. Ces dernières ont réussi à résoudre les conflits fonciers entre elles et un fonctionnaire qui s’est improvisé propriétaire de ce site. C’est pourquoi, ces différentes structures ont profité de cette occasion pour féliciter les femmes de Ngwele et apporter des pistes de solutions à leurs problèmes.
« Nous sommes la voix autorisée pour vous aider. Tout ce que vous avez vécu a été écouté. La solution viendra petit-à-petit », a déclaré Mme Roda Makwala, Secrétaire générale de l’APROJA.
Dans son adresse, le Coordonnateur du bureau conjoint des N.U. aux droits de l’homme, M. Saliwu Mamadou Dialo qui a lu le message du S.G. des Nations Unies, a exhorté les Etats à respecter les droits de l’homme ainsi que la protection pour les défenseurs de ces droits. « Nous allons vous accompagner dans tous vos plaidoyers. Des plates-formes de la société civile seront créées afin de réaliser les cahiers de charge de 24 communes en collaboration avec les autorités locales. Et enfin un forum provincial pour présenter aux autorités les besoins de la population à la base », a-t-il souhaité.
Par ailleurs, quelques recommandations ont été formulées par les femmes maraîchères et rizicoles
Au ministère des Affaires foncières, elles exigent les titres de propriété ; au ministère de l’environnement par contre, il est demandé de curer des caniveaux. Quant à celui de l’Agriculture, l’aménagement du site qui est aussi touristique. Et à la presse ces femmes demandent un accompagnement médiatique.
365 jours, les gens doivent vivre en paix en en égalité devant la justice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :