Encore un blocage sur la CENI réaménagée

Les élections provinciales et sénatoriales devraient être organisées en 2013. Matata Ponyo s’en est porté garant, du moins pour leur financement. 260 milliards de FC sont prévus pour ce faire. Il a promis de débloque ledit montant lors d’une rencontre en fin de week-end dernier avec une délégation de la CENI conduite par le vice-président de cette institution.
Si les fonds seront disponibilisés et à temps, on ne sait toujours pas si l’institution devant organiser ces élections sera disponible et à temps, du moins dans sa nouvelle configuration. Cette dernière devrait être déterminée par le parlement. Les travaux pour ce faire se trouvent encore au niveau d’une commission ad hoc de l’assemblée nationale devant vider les divergences entre la Majorité présidentielle et l’opposition sur les options fondamentales de la modification de la loi organique sur la CENI. La modification porte sur l’élargissement du bureau de la CENI de 7 à 9 membres et la mise en place d’une assemblée plénière de 21 membres dont 7 venant de la société civile.
Les informations qui parviennent de cette commission ad hoc de travail ne sont guère rassurantes. Aux dernières nouvelles, l’opposition aurait quitté la table de travail. On ne sait pour le moment sur quoi portent les divergences qui conduisent à ce nouveau blocage.
Le moins que l’on puisse dire c’est que le temps devient de plus en plus long au sujet de la restructuration de la CENI. Les travaux avaient évolué plus ou moins positivement avant la tenue du XIVème sommet de la francophonie. Puis, plus rien ou presque. Tout est bloqué au point que l’on se demande si les élections de 2013 seront organisées par la même CENI dont la prestation avait été décriée pour ne pas dire jugée déficitaire et même plus que négative lors de la présidentielle et des législatives de novembre 2011.
Ce n’est donc pas cette CENI telle que pilotée actuellement par Daniel Ngoy Mulunda qui devrait organiser les provinciales et les sénatoriales de 2013. Personne n’y pense vraiment. Pas même les bonzes de la Majorité présidentielle qui avaient, eux aussi, dénoncé les irrégularités qui ont entouré les élections de novembre 2011.
Les députés de la MP et de l’opposition devraient se dépêcher pour offrir à la nation la loi modifiée sur la CENI. De cette modification découlera la composition de la nouvelle CENI. Or, les Congolais sont passés maîtres dans l’art de ne pas s’entendre facilement sur la désignation de personnes devant les représenter dans les institutions. La bataille sera rude dans tous les camps et même au sein de la société civile. Les députés ne doivent donc pas prendre tout leur temps même si les enjeux ne prêtent pas à la précipitation et encore moins à un traitement désinvolte du dossier.
Franck Baku

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :