Incroyable. Des soldats rwandais à Rutshuru !

Ils étaient, semble-t-il, 350 selon le Rwanda, soit deux bataillons. Ils ne devaient pas être plus de 50 ou 100 selon Lambert Mende Omalanga, ministre de la communication et des médias et porte-parole du gouvernement. Qu’ils soient 50 ou 350, ils ont enfin quitté le territoire congolais ces fameux militaires rwandais. Selon certains, ils s’y trouvaient depuis la fin de l’opération « Umoja wetu » engagée par les armées rwandaise et congolaise contre les FDLR, soit en février 2009. « Non », rétorque Mende, toujours en verve en pareille circonstance. Ils s’y trouvaient à la suite d’accords sur le mécanisme de mise en confiance entre les deux pays pour « surveiller la frontière commune ». « Non », affirme le Rwanda, qui soutient qu’ils étaient là pour traquer les forces négatives des FDLR.
On ne sait qui dit vrai ou qui ment dans cette affaire. Ce qui est vrai c’est que des militaires rwandais étaient stationnés en RDC, au Nord-Kivu et bien plus grave dans le territoire de Rutshuru. ; là même où le M23, mouvement politico-militaire ou plutôt rébellion fabriquée par le Rwanda, est très active.
Fait grave, les 50 ou 350 militaires rwandais dits « officiers de renseignement » selon Lambert Mende et « forces spéciales de l’armée rwandaise» selon le Rwanda, ont quitté le territoire congolais par le territoire de Rutshuru en empruntant des voies connues d’eux seuls, soit des villages et agglomérations congolais contrôlés par leurs supplétifs du M23. Conclusion : aucune autorité congolaise ne peut affirmer avec certitude que ces militaires rwandais ont bel et bien quitté le territoire congolais.
Ces « officiers de renseignement rwandais » ou « forces spéciales rwandaises» constituent une nouvelle équation à multiples inconnus pour la RDC. Il n’est pas impossible qu’ils aient rejoint les rebelles du M23 à qui ils fourniraient de précieuses informations si ce n’était déjà fait. Présents sur le territoire congolais du Nord-Kivu depuis des années – 3 ans en fait – , ils connaissent nos capacités militaires et nos faiblesses dans la région Est du pays. Ils sont dans un environnement où excellent en mal d’autres rwandais incorporés dans la rébellion du M23.
Tout cela ne fait pas bon ni sérieux. Certes, les Congolais ne sont pas naïfs pour gober tout ce que débitent les autorités rwandaises au sujet de ces militaires rwandais sortis de nulle part, mais il y a là un vrai problème de confiance entre la population très remontée contre le régime de Kigali et le gouvernement de Kinshasa. Comment des militaires rwandais ont-ils continué à « servir » à Rutshuru alors qu’ils ne devaient pas y être ? Comment personne n’est en mesure de dire combien ils étaient exactement ? Cela veut-il dire qu’on leur faisait tellement confiance qu’ils pouvaient aller où bon leur semblait dans le territoire congolais et sans que personne ne s’occupe de savoir combien ils étaient en réalité ?
Autant d’interrogations qu’aucune autorité nationale ne devrait balayer d’un revers de la main. Il s’agit là d’un véritable casse-tête à démêler, même si l’on reconnaît par ailleurs que les affaires aussi sensibles que militaires ne se gèrent pas dans la rue.
Franck Baku

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :