Election présidentielle en RDC : Des inconnus et des professionnels de la politique

On les connaît tous ; du moins leurs noms, puisque certains d’entre eux sont des parfaits inconnus sur la scène politique congolaise. Ils, ce sont les 12 candidats déclarés et ayant déposé leurs candidatures à la Commission électorale nationale indépendante, CENI. Kabila aux prises avec Tshisekedi, Kamerhe, Kengo, Mbusa, Kashala, Nzanga Mobutu… et des inconnus.
On retrouve sur la liste, des professionnels de la politique comme Joseph Kabila, président en fonction depuis 2001. Elu démocratiquement en 2006, Joseph se présente, comme en 2006, sous l’étiquette d’« indépendant ». Sa candidature est toutefois fortement soutenue par son parti le PPRD et la Majorité présidentielle, une plate-forme qui regroupe de dizaines de partis politiques et de personnalités indépendantes. « Sisa bidimbu » comme on aime à l’appeler sera jugé sur son bilan. L’opposition se présentant divisée, le jeune chef de l’Etat pourrait bien être réélu dans cette élection à un seul tour où le premier rafle toute la mise.
Son concurrent le plus sérieux devrait être Etienne Tshisekedi. Opposant de longue date, le « lider maximo » ou « sphinx de Limete » comme on l’appelle est soutenu par son parti, l’UDPS, et une partie de l’opposition dite de « Fatima »). Une autre partie de l’opposition dite de l’Hôtel Sultani soutient Vital Kamerhe (UNC). Ancien bras droit de Joseph Kabila lors de l’élection de 2006, ancien président de l’assemblée nationale, défenestré à la suite de ses critiques contre le rapprochement Kigali-Kinshasa pour combattre les FDLR au Kivu, Vital n’exclut pas de s’éclipser au profit d’un candidat « commun » de l’opposition. Sa main est, semble-t-il, toujours tendue même s’il est peu probable qu’Etienne Tshisekedi accepte de la prendre. C’est cette cacophonie au sein de l’opposition qui a sans doute motivé Léon Kengo wa Dondo (UFC) à se jeter dans la bataille. Ancien procureur général de la République, président du conseil judiciaire et plusieurs fois ministre et premier ministre sous Mobutu, Kengo est actuellement président du sénat où on dit bien de bonnes choses de lui pour sa gestion de cette institution. On dit aussi de lui qu’il a un carnet d’adresses fourni et une expérience de gestion à ne pas contester.
Sur la liste, on trouve aussi Antipas Mbusa Nyamwisi (RCD-K/ML). Ce Nande, jusque là membre influent de la majorité présidentielle sous son ancienne formule AMP et en rupture avec le chef de l’Etat qui ne l’a du reste pas repris sur la liste des membres du gouvernement remanié dimanche 11 septembre, Mbusa est le seul couac dans l’actuelle majorité au pouvoir. Certes on avait senti une sorte de regret dans sa part dans son positionnement au gouvernement, mais on ne pouvait imaginer le voir opposer à Joseph Kabila dans une élection où toutes les voix comptent.
Parmi les candidatures reçues par la CENI, on épingle aussi des opportunistes comme François Joseph Nzanga Mobutu (Udemo). Fils du maréchal décédé en septembre 2007 après 32 ans de pouvoir, ancien allié de Joseph Kabila qu’il a soutenu en 2006 au détriment de son beau-frère JP Bemba, ancien vice-premier ministre révoqué en mars dernier, Joseph Nzanga Mobutu pose là une candidature de trop dans une élection à un seul tour. Alors qu’il pouvait négocier son retour en grâce auprès de Joseph Kabila, il a choisi là une mauvaise voie, à moins qu’il ait préféré rompre définitivement avec le chef de l’Etat en fonction.
Dans le registre des trouble-fête, on peut classer Oscar Kashala (UREC). Ce professeur de médecine vivant aux USA, candidat à l’élection présidentielle de 2006, reste une véritable énigme pour de nombreux Congolais, qui ne le voient au pays qu’au moment des élections. Il est peu probable qu’il fasse un bon score, ses promesses de 2006 n’ayant été qu’un écran de fumée.
Alors que le MLC s’est rendu à l’évidence que Jean-Pierre Bemba ne pourrait pas se présenter à l’élection de 2011 à cause de ses démêlés avec la CPI, Adam Bombole qui se présente comme un indépendant, vient jeter le trouble dans les esprits. Cadre très influent du MLC, député ayant récolté le plus de voix à Kinshasa en 2006, très proche de Jean-Pierre Bemba, Adam Bombole fait un mauvais calcul si sa candidature n’est là que pour assurer la présence du MLC. On espère pour lui qu’il n’a pas oublié de postuler également pour les législatives.
Sur la liste, il y a aussi des parfaits inconnus qui cherchent à se faire une place au soleil. Andeka Djamba (ANCC), Nicéphore Kakese (URDC), Ngoy Mafuta (Indépendant) et Ismaël Kitenge (MRC-PTF) auront pour seule consolation le fait d’avoir figuré sur la liste des candidats à une élection présidentielle dans une confrontation à tour unique où le président de la République pourrait être élu avec même 15% des suffrages exprimés.
Franck Baku

Publicités

Une Réponse

  1. pourquoi les gouvernement congolais laisse ces inconnus participe aux elections

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :