RDC : Un journaliste inquiété pour avoir révélé la liste des députés présumés « absentéistes »

« L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse, est troublé par l’audition de Mike Mukebayi Nkoso, directeur de publication de Congo News, un bi-hebdomadaire paraissant à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC) ». C’est ce que l’on peut lire dans un communiqué de cette Ong diffusé samedi 11 juin.

Selon OLPA, notre confrère Mike Mukebayi a été convoqué puis entendu, le même jour par une Commission d’enquête parlementaire constituée le 10 juin 2011 pour enquêter sur »la fuite d’informations relatives à la publication d’une liste des parlementaires de l’Assemblée nationale qui ne participent plus aux séances plénières » de la chambre basse du Parlement. La commission d’enquête de l’assemblée nationale a ainsi organisé cette audition après la publication par le bi-hebdomadaire Congo News, dans son édition n°388 du 10 juin 2011, d’un article intitulé : « Boshab Voici la liste qu’il cache aux députés ». Dans cet article, le journal a publié une liste des députés dits « absentéistes » et le relevé des présences.
A en croire OLPA, M. Emery Okundji, président de la Commission d’enquête parlementaire et d’autres membres de l’Assemblée ont tenté de faire pression sur le journaliste pour qu’il révèle la source ayant fourni la liste des députés, en lui faisant croire qu’il aurait commis une infraction. Le journaliste Mike Mukebayi a, en revanche, refusé catégoriquement de révéler sa source.
« Eu égard à ce qui précède, OLPA est stupéfait que les membres du pouvoir législatif tentent de pousser un journaliste à révéler ses sources en violation de l’article 11 de la loi N°96/002 du 22 juin 1996 fixant modalités de l’exercice de la liberté de la presse en RDC. Cette démarche constitue une atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la loi congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits humains », peut-on lire dans le communiqué diffusé par l’ONG, qui invite les membres de l’Assemblée nationale à « cesser tout acte qui n’est pas de nature à favoriser l’exercice de la liberté de la presse en République démocratique du Congo ».
Franck Baku

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :