Wade « poignarde » Kadhafi

Abdoulaye Wade s’est offert un beau spectacle jeudi à Bengazhi en Libye pour soutenir le conseil national de transition qui tente de déboulonner Mouhamar Kadhafi, un dictateur qui occupe le poste depuis 42 ans.
Le président sénégalais s’illustre là de façon pour le moins indécent. Fallait-il vraiment faire cette balade à Bengazhi pour apporter son appui aux « rebelles » libyens? C’est à voir, mais toujours est-il que Wade vient de donner le « go » du lâchage du « guide » libyen. L’homme que l’on qualifie de « fou » dirige son pays de main de fer depuis 42 ans, depuis qu’il a chassé du pouvoir le roi alors régnant dans ce pays très riche en ressources pétrolières.
Qu’un dirigeant africain se donne ainsi en spectacle et apporte son soutien à une rébellion, cela mérite d’être pris au sérieux. L’Afrique serait-elle entrain de mettre au rencart le principe sacro-saint de la défunte Organisation de l’unité africaine (OUA) sur la non ingérence dans les affaires intérieures des Etats? Oui, tout est en mouvement. L’Afrique n’est plus la même qu’il y a cinquante ans. L’Afrique des « papas » est dépassée par cette autre Afrique de facebook, twitter… Rien ne peut se faire qui n’intéresse les voisins ou les pays de la région. Les tueries en masse en Libye ne peuvent laisser indifférents les dirigeants africains. Certes de nombreuses réunions ont été consacrées à la situation en Libye, mais elles n’ont pas permis de résoudre un problème que les Occidentaux ont pris sur eux de régler. C’est ainsi que depuis plus d’un mois le complexe de la résidence de Kadhafi à Tripoli est bombardé quasi quotidiennement par les forces de l’OTAN. Malgré les destructions, Kadhafi n’entend pas céder. Il préfère mourir en Libye plutôt que de s’exiler et donc d’abandonner le pouvoir. Lui qui a géré son pays d’une main lourde sait que l’exil ne sera pas de tout repos où qu’il aille se cacher. En effet, alors que les bombes de la France et de la Grande Bretagne pleuvent sur Tripoli, Luis Moreno-O’campo, procureur de la Cour pénale internationale (CPI) est à l’affût. Des mandats d’arrêt ont déjà été apprêtés. Et pour bien peaufiner le dossier, on accuse le « guide » libyen d’inciter ses soldats à violer les opposants. Du Viagra serait même distribué à ces soldats pour cette sale besogne. Kadhafi est donc « cuit ». Il est fini. Il ne peut plus s’en sortir. Abdoulaye Wade l’a compris et a pris le devant. Il se donne un beau rôle et se positionne comme un bon élève aux yeux des Occidentaux. Curieusement, pendant qu’il livre Kadhafi à la clameur populaire, Wade ne tient pas apparemment à livrer Hissene Habré, dictateur tchadien qui a fait tuer des milliers de personnes dans son pays et qui se la coule douce au Sénégal où il s’est réfugié. Hissène Habré est accusé de crime de guerre, de crimes contre l’humanité et torture.

Franck Baku

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :