Kinshasa sale ici, « moderne » là…

La ville de Kinshasa prend des couleurs. Des travaux de grande envergure sont exécutés dans cette mégapole, qui n’a pas bonne presse sur le plan de la propreté. Certains la considèrent même comme l’une des villes parmi les moins propres du monde. C’est à vérifier.

Ce qui est vrai, c’est que des efforts considérables sont faits pour faire revivre la capitale de la RDC. Les deux plus grands boulevards du pays sont en pleine modernisation. Les travaux exécutés par des entreprises chinoises sont très avancés pour ce qui est du boulevard du 30 juin, tandis qu’ils sont loin d’avoir évolué sur le boulevard Lumumba. Les Kinois, même les plus sceptiques ont bon espoir, même si tout ne sera sans doute pas prêt le 30 juin prochain. Ce jour là, les invités du président Kabila verront une ville contrastée avec des travaux importants sur certaines voies de la capitale et la crasse dans certains autres.

Je m’en suis rendu compte jeudi 6 mai. Après une absence de quatre mois, je suis en effet revenu mercredi 5 mai par la route, venant de Matadi. Alors que la Nationale n°1 dans son axe Kinshasa-Matadi permet de joindre les deux villes distantes de 365 km en moins de 6 heures, il nous a fallu plus d’une heure pour aller de la Cité verte à la station d’essence Salongo soit sur moins de 2 km. Le mauvais état de la route m’a révolté moins que la saleté qui se dégage tout au long de la voie surtout au niveau du rond-point Ngaba. « Quand il pleut, l’endroit est invivable », m’a confié une dame, qui voyageait dans le même bus.

L’autorité urbaine doit s’activer pour prendre, elle aussi, le rythme imprimé par le gouvernement dans les travaux entrepris dans la ville. Sinon, Kinshasa continuera d’être sale malgré de beaux boulevards et de beaux immeubles.  Ces joyaux de l’architecture cohabitent avec des îlots d’immondices. Sur le boulevard du 30 juin, les travaux de finissage sont loin d’être bouclés. Il faut avancer un peu plus profondément au centre-ville pour se rendre compte les autorités ont encore du pain sur la planche. Kinshasa est toujours plus que sale. Et tant qu’on n’aura pas gagné la bataille des sachets en plastic, rien ne va changer. Ces sachets, éléments non biodégradables enlaidissent davantage une ville en panne, semble-t-il, de moyens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :