Qui sont-ils et que veulent les insurgés Enyele?

Les fameux insurgés Enyele ont encore frappé à l’Equateur. Le week-end dernier, ils ont tenté de prendre la ville de Mbandaka. Des sources ont signalé la présence dans la capitale de la province de l’Equateur d’une cinquantaine d’insurgés. L’aéroport, le gouvernorat de province ainsi que le siège de l’assemblée provinciale étaient les cibles de ces combattants qui endeuillent la province de l’Equateur depuis le mois de novembre dernier. Mardi, le gouvernement a indiqué que la situation était « sous contrôle ». Quelques coups de feu sporadiques auraient tout de même été entendus mardi, dans une ville plongée dans la torpeur.

Ce nouveau coup de force des « insurgés Enyele » prouve que ces « illuminés » ne sont pas encore totalement anéantis. Des mesures doivent être prises pour venir à bout de ce groupuscule qui pourrait faire des émules dans la province en provoquant le chaos par la tactique de la guérilla. Comment peut-on imaginer qu’une cinquantaine de personnes ou même une centaine de « rebelles » dont certains armés juste de flèches puissent prendre toute une ville? N’est-ce pas là une action de sape destinée à déstabiliser les institutions établies, à instaurer la terreur dans cette partie de la RDC?

En tout cas, tout porte à croire que les Enyele n’ont aucune revendication sérieuse. On ne les entend quasiment jamais. On ne sait pas grand’ chose d’eux, sauf qu’ils se manifestent à l’improviste, attaquent des contrées villageoises. Tout avait commencé en octobre par des affrontements inter-communautaires entre ces Enyele et les Boba, deux tribus qui se disputent des étangs piscicoles depuis des lustres.  Des villages incendiés, des gens tués dans la localité de Dungu, puis de Buburu dans le district du Sud-Ubangi. Près de 200 morts; plus de 60.000 déplacés internes et plus de 110.000 réfugiés au Congo-Brazza voisin. La police nationale et les forces combattantes dépêchées sur place ont rétabli l’ordre, même si les Enyele ont opposé une farouche résistance, croyant en des forces occultes qui les protégeraient. Depuis, rien n’est plus comme avant dans cette partie du pays.

Il y a un mois, les Enyele s’étaient emparés, pendant quelques jours, de la localité de Makanza, située à 200 km de Mbandaka, avant d’y être délogés par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Ils avaient alors, en opérant un repli stratégique, promis de prendre Mbandaka. leur tentative du week-end a apparemment tourné court puisque Mbandaka est toujours sous contrôle des forces loyalistes appuyées par la Monuc, même si les insurgés ont occupé, pendant quelques heures, l’aéroport de la ville.

Franck Baku

Publicités

2 Réponses

  1. Le gouvernement doit prendre toutes les precautions nécessaires afin de mettre fin à cette guerre tribale.

  2. Les nyele seraient, de longue date – à ce que nous apprenait un équatorien – en conflit avec quelques uns de leurs voisins.
    Le conflit n’ayant jamais été proprement, démocratiquement, résolu, il ne faut pas s’étonner que qu’il résurgisse encore demain.
    Ceux qui pensent qu’il faille forcer les nyele au silence, sont ceux qui font l’écho de la colonisation du congolais par des congolais et qu’il convient de rejeter avec force !
    Plutôt que de prôner l’usage de la force dans un conflit qui perdure du fait des nos politiciens amateurs de 1960 à aujourd’hui, commençons par débouter ces hommes incompétents que nous avons investis des pouvoirs qu’ils ne savent pas utiliser pour le bien de la nation.
    A nous de corriger cette faute !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :