Nord-Kivu: MSF dénonce une attaque des FARDC contre des sites de vaccination

Sept sites de vaccination de Médecins Sans Frontières (MSF), où des milliers de civils s’étaient rassemblés, ont été pris sous le feu d’attaques de l’armée congolaise contre les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) au Nord Kivu. C’est ce que l’on peut lire dans un communiqué de presse de cette ONG humanitaire médicale diffusé le 6 novembre. MSF dénonce cette attaque et parle d’«utilisation inacceptable de l’aide humanitaire à des fins militaires ». Les faits, indique le communiqué, se sont déroulés le 17 octobre dernier.
L’ONG rappelle qu’en appui au ministère de la santé de la RDC, elle a lancé une campagne de vaccination de masse dans le territoire de Masisi en réponse à une épidémie de rougeole. Le 17 octobre 2009, les équipes médicales de MSF vaccinaient des milliers d’enfants à Ngomashi et Kimua, des zones alors contrôlées par les FDLR. Alors que toutes les parties au conflit avaient donné des garanties de sécurité à MSF pour vacciner à ces endroits et à ce moment, les forces armées de la RDC (FARDC) ont lancé des attaques sur chacun des sept sites de vaccination. « L’ensemble des personnes venues faire vacciner leurs enfants ont fui d’intenses combats sans que l’on sache aujourd’hui où elles se trouvent ni comment les vacciner. Les équipes MSF ont dû stopper leurs activités dans ces zones et ont été évacuées vers la ville de Goma », peut-on découvrir dans le communiqué de MSF.
« Nous avons le sentiment d’avoir servi d’appât », s’est plaint Luis Encinas, responsable des programmes de MSF en RDC. « Les attaques ont coïncidé avec le début de la vaccination et des milliers de personnes, ainsi que les équipes MSF, ont été prises au piège des tirs. Cette attaque représente un risque extrême pour la vie des populations civiles. De plus, il s’agit d’une utilisation des actions humanitaires pour servir des objectifs militaires. Comment MSF sera-t-elle désormais perçue par la population ? Nos patients se sentiront-ils encore en sécurité ? Nous n’avons d’autre choix que de dénoncer cette situation avec force car notre neutralité est compromise», a ajouté Luis Encinas.
« MSF demande à toutes les parties au conflit de respecter le travail des organisations humanitaires », a, pour sa part, fait savoir Meinie Nicolai, directrice des opérations de l’ONG, citée dans le communiqué. « Sinon, ce sont les populations qui en paient les conséquences. Déjà accablées par des violences extrêmes et les déplacements incessants, elles risquent aujourd’hui de se retrouver coupées de l’aide humanitaire», a-t-elle conclu.
MSF indique tout de même que 165.000 enfants âgés de six mois à 15 ans ont été vaccinés contre la rougeole au cours de cette campagne menée au mois d’octobre dans la région de Masisi. A Masisi, MSF appuie un hôpital, un centre de santé, mène des cliniques mobiles et des vaccinations. MSF qui est présent au Nord-Kivu depuis 1992 apporte également des soins médicaux dans les territoires de Walikale, de Rutshuru et de Lubero, ainsi qu’en province du Sud Kivu.
Franck Baku

Une Réponse

  1. Incroyable !!!! Coup de Chapeau à ces médecins pas comme les autres pour leur travail, leur courage, et pour ce qu’ils osent …..

    Je les appuie à du 200 %

    Luk

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :