Bruno Koko : un meurtre de journaliste de trop à Bukavu

Après Serge Maheshe en juin 2007, Didace Namujimbo en novembre 2008, voici Bruno Koko Chirambiza. Ce jeune journaliste de 24 ans, présentateur du journal en Swahili à la radio Star, une radio locale émettant de Bukavu appartenant au député national Pierre Pay Pay, a été tué dans la nuit du 22 au 23 août 2009 au quartier Kasali dans la commune de Kadutu alors qu’il rentrait chez lui.Un assassinat de trop!

Selon les indications, Bruno Koko a été poignardé en plein cœur par des inconnus et a perdu beaucoup de sang. Arrivé à l’hôpital vers 01 h 30 du matin (locale), il a rendu l’âme. Un de ses amis avec qui il était samedi soir, a affirmé qu’ils ont été attaqués par 8 personnes bien armées. Son ami a reçu juste un coup de poing, mais Bruno a été poursuivi jusqu’à être poignardé. Les tueurs ne lui ont rien pris.
Cet assassinat vient allonger la liste des journalistes tués dans cette ville. Le dernier cas en date qui est celui de, journaliste de Radio Okapi assassiné en novembre 2008, intervenu après celui de Serge Maheshe, un autre journaliste de Radio Okapi, abattu en juin 2007.
A n’en pointer douter, Bukavu tend à devenir une ville dangereuse pour les journalistes puis que Serge Maheshe et Didace Namujimbo y ont également été tués. Tous les deux travaillaient pour Radio Okapi, une radio sponsorisée par la Mission des Nations Unies au Congo (MONUC) en collaboration avec l’agence Hirondelle.
On ne peut à ce stade dire s’il le meurtre de Koko Bruno est lié à son statut de journaliste ou s’il ne s’agit que d’un meurtre crapuleux. Ce qui étonne tout de même c’est que les malfaiteurs ont juste poignardé le journaliste pour le tuer et ne lui ont rien pris. Bien plus, le mode opératoire des tueurs rappelle les meurtres de Didace Namujimbo et Serge Maheshe tués en pleine rue pas très loin de leurs résidences en présence de personnes les accompagnant et épargnées.
On rappelle que Kinshasa aussi avait connu son cycle de meurtres de journalistes non élucidés totalement. En témoignent les assassinats de Franck Ngyke en novembre 2005 et Bapuwa Mwamba en juillet 2006. Franck Ngyke avait été assassiné, dans la nuit du 2 au 3 novembre 2005, avec son épouse dans sa résidence par des hommes qui lui avaient tendu un guet-apens alors qu’il revenait de la rédaction du journal La Référence Plus. Bapuwa Mwamba, collaborateur au journal Le Phare, avait été assassiné chez lui à Matete en juillet 2006.
Franck Baku

Une Réponse

  1. On pourait nécessairement se poser une question à savoir si l’autorité publique congolaise analyse l’impact de ces assasinats sur la sécurité dans un pays dit pays démocratisé qui veut son développement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :