La retraite redoutée comme une « mise à mort » par les fonctionnaires

Des secrétaires généraux et des directeurs de l’administration publique mis à la retraite par ordonnances présidentielles. Cela n’a rien de spécial. La mise à la retraite n’étant pas une sanction « négative ». En RDC curieusement, la retraite est perçue par les fonctionnaires comme une « sanction négative ».
La polémique ne devrait pas faire jour au sujet des ordonnances prises le 31 juillet dernier par le chef de l’Etat, mettant à la retraite certains secrétaires généraux et directeurs ayant accompli de bons et loyaux services. Si certains bénéficiaires ont accueilli favorablement ces ordonnances présidentielles qui leur permettent enfin de se reposer après avoir travaillé, certains pendant 35 voire 40 ans, d’autres n’y voient qu’une sanction négative. Ils n’ont pas été préparés à affronter cette situation qui les a pris, semble-t-il, par surprise. Pourtant, certains sont fatigués, incapables de performances nouvelles. En ces temps de changement profond des techniques managériales, ils n’arrivaient plus à suivre. Mais les salaires modiques leur payés durant des années, ne leur ont pas donné le temps de préparer ces « vieux » jours,au point que la retraite apparaît comme une sentence de mise à mort.

Bien plus, nombreux sont sceptiques quant à la « prime » de fin de carraière qui leur sera payée. Sera-t-elle assez conséquente pour assurer leurs vieux jours? Rien n’est sûr dans ce pays de surprise. Il ne serait tout de même pas normal qu’après 35 voire 40 ans ou plus de bons et loyaux services, qu’un secrétaire général ou un directeur de l’administration publique ne s’en tire qu’avec une modique somme ne dépassant pas 1000 dollars. Ce serait une injure à ces vaillants fonctionnaires de l’Etat. Il faut que l’Etat soit conséquent envers vces hommes et femmes qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes durant tant d’années et qui ont droit à un repos bien mérité, loin de tracas sociaux.
Il est enfin plus que temps que l’Etat songe à valoriser les fonctionnaires de l’Etat en leur offrant des conditions sociales dignes durant leur carrière et qui ne leur feront jamais redouter la retraite, considérée à tort ou à raison comme une « mise à mort ».
Franck Baku

2 Réponses

  1. c bien dis

  2. j’apprecie votre initiative et vous encourage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :