Vacances « kinoises » pour les parlementaires congolais

Les députés congolais sont officiellement en vacances depuis le 15 juin dernier, mais ils sont toujours à Kinshasa. Ceux qui les croisent au palais du peuple ou dans les rues de la capitale se demandent quand ces représentants du peuple se rendront dans leurs fiefs électoraux respectifs. La question est d’autant plus opportune que le règlement intérieur de l’assemblée nationale impose au député national de passer au moins un mois dans son fief électoral pendant les vacances parlementaires et de ramener un rapport y afférent sur différents aspects de la vie de sa contrée.
Les députés qui continuent à sillonner les rues de Kinshasa et d’arpenter les couloirs du palais du peuple sont-ils tous élus de la capitale, se demande-t-on. Renseignements pris, il appert qu’il n’en est rien. Certains continuent même à s’acquitter de leurs tâches comme si les vacances n’avaient jamais commencé, comme s’ils étaient en session. Ceux à qui la question a été posée répondent qu’il n’y a pas encore péril en la demeure et qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer outre mesure. Au jour d’aujourd’hui, les députés disposent d’une certaine marge de manoeuvre, puisque la rentrée parlementaire n’est prévue que le 15 septembre 2009. Ils ont donc la moitié du mois de juillet, tout le mois d’août ainsi qu’une bonne moitié du mois de septembre devant eux et peuvent se rendre à tout moment dans leurs circonscriptions électorales. Quant aux travaux effectués actuellement, les députés épinglés se justifient en disant que le député est un homme d’Etat au service du peuple et n’est en principe jamais vraiment en congé, puisqu’il travaille à tout moment « pour le bien de ses électeurs ».
On doit néanmoins reconnaître que certains députés nationaux ont bel et bien fait le déplacement de leurs fiefs électoraux, question de recueillir les doléances de la base et par conséquent de garder le contact avec les électeurs. Eux ont compris les enjeux et le bénéfice à tirer des vacances parlementaires. Ceux là ont en point de mire les élections de 2011. Celles-là seront autrement plus difficiles, prédisent les observateurs politiques. Gare à ceux qui vont se complaire dans l’indolence. Ils seront désagréablement surpris. On rappelle à ce sujet que le manque de contact avec leurs bases respectives a été fatal pour les députés de la transition. Sur les 500 membres du parlement de 2003 à 2006, seuls une quarantaine ont pu se faire élire en 2006 et siègent actuellement à l’assemblée nationale. On se souvient que durant trois ans, les députés de la transition avaient enchaîné sessions ordinaires sur sessions extraordinaires, au point que personne ne les voyait sur terrain. Au moment des élections, ils ont été sévèrement sanctionnés, la population ne les ayant pratiquement pas vus au courant de leur mandat. C’est ce qui risque d’arriver aux députés élus de la première législature de la troisième République. On note que même les députés de Kinshasa sont plongés dans un profond sommeil. Eux qui sont pourtant chez eux, siège de l’institution, sont invisibles sur le terrain. Certains d’entre eux n’ont jamais tenu le moindre meeting dans leurs circonscriptions électorales, au point que la population doute qu’ils ont été effectivement élus. Ceux qui sont proches de la population mènent tout de même quelques actions concrètes avec leurs faibles moyens, mais surtout n’hésitent pas à venir en aide à de personnes en difficulté qui font appel à eux. Ceux là, n’ont pas perdu la main.
Ntombo Lukuti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :