Bemba enfin face à ses juges de la CPI

Jean-Pierre Bemba, chef du Mouvement de libération du Congo, sénateur élu de Kinshasa, ancien vice-président de la République, candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2006, sera face aux juges de la Cour pénale internationale dès lundi 12 janvier. L’audience de confirmation des charges pourrait aller jusqu’au 15 janvier prochain.
A moins d’un nouveau contretemps ou d’un changement de dernière minute et après deux reports, l’audience de confirmation des charges permettra à Bemba Gombo de connaître enfin la suite de l’affaire qui l’oppose au procureur de la CPI. Le « chairman » du MLC est accusé de crime de guerre et de crime contre l’humanité pour les actes commis par les troupes du MLC en Centrafrique en 2002 et 2003 et en vertu du principe de la responsabilité du chef hiérarchique.
A Kinshasa, les partisans de Bemba se montrent « sereins », faisant savoir que le dossier « est vide ». Ils font valoir également le fait que la situation politique a fortement évolué en Centrafrique où s’est tenu un « dialogue inclusif ». Ange-Félix Patassé, l’ancien président à qui les troupes du MLC avaient apporté leur soutien et dont le comportement répréhensible vaut tout le malheur à leur leader, a, lui aussi, pris part à ces assises.
On rappelle que Jean-Pierre Bemba avait réalisé 42% de voix lors du 2ème tour de l’élection présidentielle de 2006 remportée par Joseph Kabila. Il avait du quitter le pays à la suite de combats entre sa « garde » et les forces régulières en mars 2007. C’est à Bruxelles qu’il avait été arrêté, le 24 mai 2008 suite à un mandat d’arrêt délivré sous scellés par la Cour pénale internationale le 23 mai 2008. Jean-Pierre Bemba  a été remis à la Cour pénale internationale le 3 Juillet 2008. Il est incarcéré depuis, à La Haye aux Pays Bas.

Alors que s’ouvre lundi prochain à La Haye l’audience de confirmation des charges contre leur leader, des partisans de Bemba se demandent si la CPI n’a été créée que pour juger des Congolais. « Luis Moreno Ocampo devrait se saisir du dossier Israël », a clamé un membre du MLC, faisant référence au bombardement, par les forces israéliennes, d’une école tenue par l’ONU à Gaza, bombardement qui s’est soldé par la mort d’une quarantaine de palestiniens.

Franck Baku

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :