Tourisme: la RDC peut faire mieux que les autres

Je reviens d’Arusha en Tanzanie où j’ai passé huit jours dans le cadre du Forum parlementaire de la SADC. C’est la troisième fois que je visite cette petite ville tanzanienne qui abrite notamment le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) et le siège de la Communauté d’Afrique de l’Est qui regroupe le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda et le Burundi. L’imposant Centre de conférences internationales d’Arusha (AICC) ne désemplit pas. La présence de tant de monde venus d’horizons diverses a donné l’occasion à la Tanzanie de mettre en exergue ses potentialités touristiques.

Au départ d’Arusha, on peut en effet visiter de nombreux sites impressionnants dont le Kilimanjaro, le cratère de Ngorongoro et son parc naturel, le parc de Serengeti et tant d’autres. Après le mont Kilimanjar en juin dernier, cette fois-ci, j’ai pu visiter le parc de Ngorongoro et son fameux cratère. J’ai vu en grandeur nature des hyènes, des léopards, des lions, des éléphants, des zèbres, des hippopotames, des antilopes… et naturellement les fameux peuples Maasai dans leur milieu naturel.

Et dire qu’en RDC, on a tout ça et même, semble-t-il, plus. La guerre, toujours cette foutue guerre, nous empêche de développer notre tourisme et d’attirer des visiteurs en quête d’exotisme. A cause de la guerre, qui peut s’aventurer à construire des routes et des hôtels de luxe pouvant satisfaire les exigences de clients prêts à casquer gros pour s’offrir un bon safari?

23.11.08. Des Maasai exécutent une danse devant des touristes à Ngorongoro (Tanzanie)

23.11.08. Des Maasai exécutent une danse devant des touristes à Ngorongoro (Tanzanie)

Pour attirer les touristes, la Tanzanie, bénéficiant de la paix et du sérieux de ses dirigeants, a développé des infrastructures à la hauteur de ses ambitions. La RDC a encore du chemin à parcourir, à commencer par instaurer ou réinstaurer la paix. Rien ne saurait se faire sans la paix. Mais, une certitude: nos gorilles de montagne, nos okapis, nos girafes, nos lions, nos léopards, nos éléphants, nos rhinocéros blancs… ne sont pas moins extraordinaires que ceux des pays voisins, même s’ils ne bénéficient pas de paix dans leur milieu naturel et sont l’objet de braconnage. Encore des millions en dollars perdus pour le pays.

Franck Baku

Une Réponse

  1. Bonjour,

    Presque trois ans après le post de votre article, heureusement la situation en RDC a évolué.

    C’est dans ce contexte apaisé que nous souhaitons vous faire découvrir notre projet Pure Congo, un concepteur de voyage qui propose une autre manière de voyager en République Démocratique du Congo, au gré d’un tourisme solidaire et équitable.

    Dans des conditions de sécurité maîtrisées, sur un périmètre géographique sélectionné avec soin par nos équipes locales, nous allons a la rencontre du Congo authentique et des populations accueillantes.

    Passionnés du Congo, baroudeurs intrépides, venez découvrir le vrai Congo, une terre magique et méconnue.
    Retrouvez nos circuits insolites sur http://www.purecongo.com

    A bientot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :