Verdict du procès des assassins de Botethi : un goût d’inachevé

Cinq condamnés à mort et quelques acquittements. C’est le verdict prononcé lundi 22 septembre 2008 par le tribunal militaire de garnison de Ngaliema sur le procès des assassins de Daniel Botethi. Tout est bien qui finit bien, dirait-on. Ce n’est pas si sûr dans le cas puisque de nombreuses zones d’ombre subsistent sur ce procès.

Certes, les soldats Kady Munung et Patrick Mwewa, vedettes principales de ce procès, ont bel et bien été condamnés à la peine de mort, mais on ne sait toujours pas qui avait effectivement tiré sur le vice-président de l’assemblée provinciale de Kinshasa, la nuit du 6 juillet dernier dans le quartier de Binza dans la commune de Ngaliema. On ne sait pas non plus pourquoi le jeune politicien du MLC promu à un bel avenir a été liquidé, le motif du meurtre n’ayant jamais été évoqué au cours de ce procès qui donne finalement un goût d’inachevé. Pourquoi Daniel Botethi a-t-il été tué cette nuit là alors qu’il revenait d’une fête de mariage au volant de sa voiture Mercedes de couleur rouge accompagné de son garde du corps? Les assassins présumés ont nié avoir participé au guet-apens, sauf Patrick Mwewa qui dit avoir joué le rôle de guetteur alors que Botethi était exécuté. Des questions et pas de réponses. Aucune plausible jusqu’à la fin du procès, au point que l’on s’attend à ce que les condamnés interjettent appel. Un nouveau procès devrait ainsi s’ouvrir. Même l’Etat congolais condamné solidairement à payer des dommages-intérêts à la famille Botethi pourrait aller en appel. A moins que le tribunal change ses méthodes d’approche de cette affaire, on ne voit pas à quoi servirait un nouveau procès, à moins qu’enfin Kady Munung qui semble être la pièce maîtresse de ce drame décide, enfin, d’avouer son forfait. Tout en effet repose sur le témoignage de Kady Munung. On rappelle que c’est lui qui avait fait croire à Patrick Mwewa que le meurtre avait été commandité par André Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa. Confronté à Kady, Patrick Mwewa n’avait pu confondre son « copain » au point qu’il avait été contraint de demander pardon au « Haut sommet ». Dans un geste « paternel », André Kimbuta avait accordé son pardon à Patrick Mwewa désarçonné par les dénégations de Kady. Alors tant que ce Kady là n’aura pas changé de ligne de défense, mille procès ne permettraient pas de connaître les tenants et aboutissants de l’assassinat de Daniel Botethi. Ainsi ce jeune cadre du MLC serait mort pour rien. Il se  serait trouvé là où l’attendaient ses assassins au mauvais moment et surtout au mauvais endroit.

Franck Baku

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :