Procès Botethi: il faut soumettre Kady à une analyse psychologique

Le procès des assassins présumés de Daniel Botethi, vice-président de l’assemblée provinciale de Kinshasa, tourne au ralenti. Lavé de tout soupçon, André Kimbuta, gouverneur de la ville et accusé par Patrick Mwewa d’être le commanditaire de l’assassinat, est sorti heureux hier de la salle d’audience en chambre foraine du tribunal de garnison de Ngaliema siégeant au camp colonel Kokolo. Le « haut sommet » comme on l’appelle, a même eu droit à des excuses publiques de la part de Patrick Mwewa, incapable de prouver la culpabilité d’André Kimbuta. « Alongi na ye » ou « il est vainqueur« , ont chanté ses partisans, très heureux de l’aboutissement de cette audience.

Désarçonné par les dénégations de Kady Munung, l’homme qui aurait recruté Patrick Mwewa et qui lui avait, semble-t-il, dit que le crime était commandité par le gouverneur de Kinshasa, Patrick a été contraint de demander pardon au gouverneur offensé. Décidément bien élégant, le « haut sommet » a accordé son « pardon » à Patrick Mwewa. « Puisque celui qui m’avait dit que c’est le gouverneur qui commanditait l’action a tout nié que puis-je faire, sinon demander pardon« , a dit Patrick Mwewa à l’audience.

Si l’audience de mardi n’a fourni aucune nouvelle lueur sur les tenants et aboutissants du meurtre du député Botethi, il y a tout de même à retenir certains faits. Patrick Mwewa est resté constant. Il a réaffirmé le rôle joué par Kady Munung et les propos tenus par ce dernier avant le meurtre. Patrick a également réaffirmé ce qu’il avait déjà dit auparavant: il ne connaît pas André Kimbuta, qu’il n’a jamais rencontré physiquement; c’est Kady qui lui avait dit que le coup en préparation était l’œuvre d’André Kimbuta…

Autre constat: Kady Munung est lui aussi resté arcbouté dans sa ligne de défense. Il ne connaît personne du groupe des accusés. Il ne connaît pas Patrick Mwewa; il ne connaît pas André Kimbuta. Pire, il ne connaît pas son propre numéro de téléphone; il n’a pas de domicile fixe. Bref, Kady Munung est un électron libre. Personne n’a une quelconque maîtrise sur lui, même pas sa hiérarchie militaire. Il peut quitter Kinshasa et se balader pendant des mois au plateau des Bateke sans que personne ne le recherche ou ne s’inquiète de sa situation alors qu’il semble être encore un élément de l’armée.

Si l’on veut éviter le ridicule, le tribunal de garnison de Ngaliema doit approfondir ses investigations, chercher ailleurs afin de trouver un lien entre Kady et Patrick, sinon le procès ne sert plus à rien. Au besoin, il faudrait soumettre Kady à une analyse psychologique, fouiller dans son passé, reconstituer ses journées des 5 et 6 juillet 2008, soit la veille et le jour de l’assassinat de Daniel Botethi. Il faudrait également reconstituer les faits et gestes de Patrick Mwewa les journées des 5 et 6 juillet; fouiller dans sa vie pour trouver une connexion possible avec des truands.

Franck Baku

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :