Kinshasa est sale. Le miracle viendra-t-il de Chine?

La saison sèche court depuis près de deux mois déjà, du moins à Kinshasa. Les spécialistes estiment que c’est la meilleure saison pour bâtir les routes dans cette ville. Un programme existe, semble-t-il, pour ce faire. Les KInois n’ont, malheureusement, rien vu venir. Des chantiers ont pourtant été ouverts, en grande pompe. Des ingénieurs chinois sont passés sur plusieurs sites pour faire des relevés topographiques. Du matériel de génie civil venu de Chine a été réceptionné au port de Matadi et transféré – en fanfare- à Kinshasa où des dignitaires du pays ont fait la fête en direct sur les ondes de la télévision d’Etat. Impressionnant tout de même.

Deux mois après, toujours rien de concret dans cette ville de près de 7 millions d’habitants qui ne cesse de se détériorer. Kinshasa n’a jamais été aussi sale. Routes parsemées de nid de poule, des tonnes d’immondices en plusieurs endroits, rendant l’atmosphère irrespirable. C’est le spectacle désolant qu’offre la ville, qui semble avoir été quasiment abandonnée par les autorités, à moins que un problème de mentalité confine les Kinois à vivre dans la crasse. Il suffit de circuler pour se rendre compte de la situation. Malgré le matériel acquis par l’Hôtel de ville de Kinshasa pour entretenir la ville, cette dernière semble résister à tout effort de changement. Les sachets n’ont jamais été aussi envahissants et salissants, les feuilles de chikwangues sont toujours aussi omniprésentes. Bref rien ne va ou si peu. Sur l’avenue Victoire côté Matonge, on a tout de même entrepris de planter des pelouses et des fleurs au beau milieu de la route. Bonne initiative que l’on devrait étendre à d’autres sites. Même le boulevard du 30 juin considéré comme l’artère phare de la ville commence à montrer un visage pas très reluisant. La chaussée s’est considérablement dégradée, nécessitant de gros travaux.

Le malheur des Kinois serait que les autorités s’endorment, attendant tout des Chinois. Il n’est plus rare d’entendre des Kinois s’écrier devant le spectacle des routes défoncées: « tozo zela ba Chinois. Ba kobongisa » ou « nous attendons les Chinois. Ils vont tout arranger ». Prions que cet immense espoir suscité par les Chinois ne soit pas un leurre. Kinshasa ne mérite pas ça!

Franck Baku

Publicités

Une Réponse

  1. la proprete ce n est pas de tiers,mais de chaque induvidu en soi,donc meme si nous chargons la tache de la proprete de ville de kinshasa, les kinshasa en sois devoient de conscientiser que la mise en place de beaute de cette ville depend d eux et non de chinois.par exemple citons certains installations reconnues de la nation concolaise tel l stade du 20 mai un patrimoine quasi mondial depuis le combat de mohamed ali et foreman.la cite de la voix du zaire qui se trouve aujourd hui en tres mauvais etat sans climatisation ou meme de vitres,l stade de martir qui a une condition d entretien mediocre et surtout les toilettes qui ont etat penible or c est un stade recemment contruit ce ne sont pas les chinois qui viendront a chaque les rendre propres mais cest a nous les kinois, lumbushi depuis l epoque de MOBUTU a tjrs etait en tres bel etat sans l aide de cooperation chinoise. au prelable les kinois est un peuple sale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :