Construisons une vraie armée en RDC

La débâcle des Forces armées de la RDC (FARDC) lors de l’entrée des rebelles du M23 à Goma a remis à la surface la sempiternelle question de la fragilité de notre système de défense. Des opérations de brassage, d’intégration ou de mixage réalisées à grand renfort de publicité n’ont pas donné les résultats escomptés. Les militaires issus des groupes armés mêlés aux forces régulières ont du mal à constituer une armée soudée. Chaque groupe est prêt à se recroqueviller sur lui-même à la moindre incartade. Des dissidences sont annoncées avec pompe, permettant ainsi à des seigneurs de guerre jamais mis à genoux de prendre en otage des populations totalement à leur merci.
Pour justifier les contre-performances de notre armée, certains dans les cercles du pouvoir avaient pris pour subterfuge de nous faire croire que l’armée était handicapée du fait de l’embargo sur les armes imposé au pays par les Nations Unies. Il est prouvé aujourd’hui que tout est faux. Ce fameux embargo ne frappe en fait que les groupes armés opérant en RDC et non le gouvernement congolais. De fait, les Congolais se souviennent de ces parades militaires organisées au cours desquelles des armes sont exhibées fièrement par nos combattants.
Quand il s’agit de les utiliser sur le théâtre des opérations militaires, il y a comme un dysfonctionnement. Les armes sophistiquées qui ont ébloui lors des parades ne le sont plus. Bien plus, la logistique étant déficiente, les hommes envoyés au front sont souvent obligés de faire de replis successifs, donnant ainsi la possibilité aux adversaires, mieux à l’ennemi, d’avancer et donc d’occuper, parfois sans vraiment combattre, nos cités, agglomérations et villes.
Au lieu de continuer à entretenir la confusion sur un hypothétique embargo qui empêcherait les forces armées à bien s’équiper, le gouvernement devrait disponibiliser les moyens qu’il faut pour la construction d’une vraie armée. Certes, une opération de recrutement a été lancée, mais le recrutement seul ne suffit pas. Il faut des formateurs qui maîtrisent la science de la guerre. Il faut en plus des armes et équipements militaires. Il faut également assurer des conditions sociales décentes aux soldats. Qui peut aller se battre avec hargne au front tout en sachant que sa petite famille n’est assurée de rien et manque même du minimum vital.
En outre, il ne suffit pas de disponibiliser les moyens, encore faut-il s’assurer que ceux qui sont chargés d’acheter les armes, les achètent effectivement et achètent réellement celles pour qui les fonds ont été décaissés. Il s’agit en effet d’éviter que les munitions ne concordent pas avec le type d’armes qui équipent les hommes sur le terrain. La réforme doit donc être profonde, totale et menée par des gens qui ont, comme disait l’autre, la passion du Congo et non par ceux qui ne pensent qu’à remplir leurs poches au détriment de la sécurité du pays.
Franck Baku

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :